Bassin du Lac Tchad

Une semaine marquée par plusieurs attaques dans les pays du Bassin du lac Tchad.

 

L’actualité de cette semaine est marquée par de nouvelles attaques des présumés Boko Haram dans les quatre pays du Bassin du Lac Tchad à savoir le Cameroun, le Niger, le Nigeria et le Tchad.

L’attaque la plus récente date de ce samedi 29 décembre 2019. Deux personnes ont été tuées et deux autres blessés dans une attaque des  présumés Boko Haram à l’est de kaiga kindjiria, localité située à une centaine de  km à l’ouest de Liwa, dans la province du lac Tchad. L’information a été relayée par des sources locales et confirmée par des sources sécuritaires. Selon le chef de Canton de Tateferom interrogé par Radio Ndarason Internationale, les assaillants ont démolis des barrières. Il a indiqué également que plusieurs véhicules de l’armée tchadienne se sont rendus vers le lieu où s’est produite l’attaque.

Le mardi 24 décembre 2019, quatorze personnes ont été tuées par des présumés Boko Haram à Kaïga Kidjiria, près de Bagasola dans la province du lac Tchad. Kaïga Kidjiria est situé à une soixantaine de Kilomètres de la frontière nigériane. Selon le préfet du département de Kaya, cité par l’Agence France Presse, AFP, cinq personnes ont été blessées et treize autres enlevées au cours de l’attaque.

Le mercredi 25 décembre 2019,  trois militaires tchadiens ont été blessés dans une attaque des présumés Boko Haram à Kaiga Ngouboua, une localité située à soixante-quinze kilomètres de Bol. D’après un habitant de la localité interrogé par Radio Ndarason Internationale, trois militaires ont été blessés lors des tirs de roquettes sur leur camp dont deux grievement. L’information a été confirmée par des sources sécuritaires locales à Baga Sola. D’après ces sources, les blessés ont été transférés à N’Djamena via Bol pour des soins médicaux  appropriés.

Le Jeudi 26 décembre 2019, quatorze militaires nigériens ont été tués et un autre porté disparu dans une attaque menée par des individus lourdement armés dans la région de Tillabéri, à l’ouest du Niger. Selon le ministre nigérien de l’Intérieur cité par  Radio France Internationale, il s’agit de sept gendarmes et sept gardes nationaux nigériens.  D’après les mêmes sources, de nombreux assaillants auraient été tués. Ces militaires escortaient une équipe d’agents de la commission électorale indépendante,  CENI. Ils sont tombés dans une embuscade tendue par des individus lourdement armés, a affirmé un communiqué du ministère de nigérien de l’Intérieur.

Toujours le 26 décembre 2019, le groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest Iswap, a  publié une vidéo de cinquante-six secondes montrant l’exécution de onze chrétiens nigérians.  Selon les sources proches de ce groupe citées par l’Agence France Presse,  ces exécutions font partie de sa campagne récemment déclarée pour venger la mort  de son leader  Abu Bakr Al-Baghdadi en Syrie. D’après les mêmes sources, les victimes ont été capturées, il y a  quelques semaines dans l’Etat de Borno, au nord-est du Nigeria.

Dans la nuit du 26 au 27 décembre 2019, un vendeur de stupéfiants a été tué lors d’une incursion des éléments du groupe Boko Haram à Doulo. Doulo, un canton situé dans la commune de Mora, dans la région de l’Extrême-Nord. D’après les sources locales citées par ‘‘La Voix Des Décideurs’’, un magazine panafricain d’investigation, d’analyse et d’information sur l’actualité africaine et internationale, plusieurs boutiques et habitations ont été pillées par les assaillants. Des vélos,  denrées alimentaires et vêtements ont été emportés ? ont expliqué les mêmes sources.

Face à la recrudescence des attaques de Boko Haram dans les pays du lac Tchad, le ministre délégué à la présidence de la république du Tchad chargé de la défense nationale, le général Mahamat Abali Salah,  s’est rendu ce vendredi 27 décembre dans la province du lac au près des forces armées tchadiennes basées dans la province du lac. Le général Mahamat Abali Salah était accompagné dans ce déplacement par plusieurs hauts gradés de l’armée nationale tchadienne. Une réunion s’est tenue. Elle vu la présence d’une vingtaine de responsables militaires et administratifs, du gouverneur de la province du lac Adam Nouky Charfadine et du commandant de la Force Multinationale Mixte le général de division Ibrahim Yusuf.  Le ministre Mahamat Abali Salah a déclaré à cette occasion que l’heure est arrivée pour traquer Boko Haram jusqu’à ses derniers retranchements. Selon le ministre tchadien de la défense, toutes les dispositions ont été prises afin que l’armée tchadienne puisse mener des actions offensives plutôt que défensives dans la zone précisant que désormais, nous ne devons pas attendre que ces associés de sang nous attaquent.