Économie Nouvelles locales

Tchad : le FMI en fin de mission

Le Fond Monétaire International vient de conclure sa mission au Tchad. Une mission qui a été dépêchée dans le cadre de l’entrée en vigueur du programme de Facilité Élargie de Crédit 2021-2024. A la fin de la mission, un communiqué de presse a été rendu officiel pour donner les conclusions de la mission.

« L’évolution macroéconomique du Tchad a été affectée par une série de chocs négatifs et durables. Il s’agit notamment de la covid-19, de la volatilité des prix du pétrole et d’une détérioration significative de la production du secteur pétrolier, des attaques sécuritaires, du changement climatique et de l’insécurité alimentaire ». C’est en ces termes que la FMI conclut sa mission d’évaluation au Tchad.

L’institution monétaire multilatérale souhaite la poursuite des réformes au Tchad. Mais se faire, le Tchad doit faire face à plusieurs contraintes. Car déjà le Produit intérieur brut (PIB) réel du pays est estimé en repli de 1,1% en 2021. Le Tchad doit également faire face à un contexte politique qui peine à se stabiliser. La perspective des élections législatives et présidentielle à venir risque d’accentuer plus de pression sur le budget releve le communiqué de la FMI.

Selon la FMI, malgré ces défis, les autorités tchadiennes affichent une volonté de voir progresser les choses. Des mesures sont actuellement prises pour atteindre les objectifs structurels du premier semestre 2022. Ces mesures concernent les exonérations fiscales et la transparence dans le secteur pétrolier et dans les marchés publics.

En résumé, les conclusions des travaux du FMI soulignent que la situation économique et financière du Tchad et ses perspectives à moyen terme n’ont cessé de se détériorer en raison d’une série de chocs durables depuis le début de la pandémie, auxquels s’ajoutent des retards dans le soutien des donateurs dus à l’insuffisance des progrès dans les discussions sur le traitement de la dette.

Aussi, suite aux assurances de financement à l’appui d’un traitement de la dette par le comité des créanciers pour le Tchad au titre du Cadre commun en juin 2021, un engagement fort des créanciers privés est nécessaire de toute urgence pour débloquer le financement du FMI, ce qui catalyserait un financement officiel substantiel pour le Tchad.

 

%d blogueurs aiment cette page :