Société

Toujours pas de rentré scolaire dans le département de Kaya.

 

 

Après plus d’un mois du lancement officiel de l’année académique 2019-2020 sur toute l’étendue du  territoire national tchadien, certaines écoles n’ont toujours pas ouverte leurs portes dans la province du lac en général, le département de Kaya en particulier. Le département  de Kaya est situé à l’ouest de Bol,  chef-lieu de la province du lac.

Selon May Ali,  inspecteur pédagogique de kaya interrogé par Radio Ndarason Internationale, le retard des activités scolaires dans ce département est lié au manque d’infrastructures scolaires. Il a rappelé que la majorité des écoles sont construites en paille. D’après lui, cela oblige la communauté à les reconstruire chaque année.

L’inspecteur a souligné également un manque d’enseignants. Il déclare que : « Sept enseignants du primaire  et  dix du secondaire devaient  commencer les enseignements, mais  aucun du primaire n’a encore pris  fonction. Parmi  les dix enseignants du secondaire,  seulement trois qui ont pris fonction. »

D’après May Ali, le département de Kay dispose des   maitres communautaires et enseignants contractuels. Les enseignants contractuels ont  déjà signé leur contrat et dispensent déjà les cours a fait remarquer l’inspecteur pédagogique. Par contre, les quatre-vingt-six autres maitres communautaires  n’ont pas  encore pris fonction faute de n’avoir  pas signé un contrat renchéri May Ali .

L’inspecteur pédagogique du département a demandé aux enseignants de reprendre le chemin de l’école car dit-il, un appel leur a été lancé le jeudi dernier afin qu’ils viennent signer leur contrats.

La province du lac enregistre presque chaque année  des retards dans la rentrée des classes. En 2018, près de deux cents élèves n’ont pas pu reprendre le chemin de l’école à Digou, une localité située à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Kiskira dans cette province. S

elon Hassan Kimé,  représentant des parents d’élèves de cette localité, le retard a été énorme. Hassan Kimé a déclaré que, les parents étaient gênés de voir leurs enfants rester à la maison pendant que la rentrée est lancée officiellement sur le plan national.