Société

Le secrétaire général de l’ ADC-Tchad attire l’attention des femmes sur le danger lié à  la dépigmentation de la peau.

 

Les produits cosmétiques utilisés par certaines femmes et filles pour se dépigmenter peuvent avoir des conséquences sanitaires graves. Ces produits sont utilisés par certaines femmes et filles de la capitale tchadienne pour se faire belle. Selon Daoud Alhadj Adam, le  secrétaire générale de l’Association des Droits des Consommateurs du Tchad ADC interrogé par RNI,  les marchés de la capitale tchadienne sont envahis par ces produits faute de contrôles et de règlementations. « Les femmes appliquent ces produits nonobstant le fait qu’elles méconnaissent leur lieu de provenance et les substances utilisées pour leurs fabrications» a déploré le  secrétaire générale de l’Association des Droits des Consommateurs du Tchad ADC.

Daoud Alhadj Adam, attire ainsi l’attention des femmes, hommes, association, autorités et  partenaires au développement sur le danger que représente  la dépigmentation de la peau. Le secrétaire générale de l’ADC rappelle que le pays n’a pas de dermatologue pour prendre en charge toutes les personnes qui appliquent ces produits décapants en cas de complication. «  Les produits liés aux complications dermatologiques coutent extrêmement chères » a ajoutés Daoua Alhadj Adam.  Toujours selon lui, l’utilisation de ces produits impacte négativement sur le budget des ménages. Il demande par conséquent aux femmes d’utiliser l’argent dépensé dans la dépigmentation à des fins utiles et bénéfiques pour la famille car ce n’est que pur gaspillage souligne-t-il.