Société

La cohabitation pacifique, un vecteur de développement pour une communauté

L’amour et le pardon sont importants  pour la cohabitation pacifique. Les auditeurs de Radio Ndarasson internationale l’ont souligné ce jeudi 08 août lors de l’émission interactive quotidienne,  « appel thématique ».

La question était : comment faites-vous pour cohabiter pacifiquement ?

Les avis des auditeurs se  convergent sur cette question. Selon certains auditeurs, les parents doivent apprendre à leur progéniture l’esprit de tolérance. Ces auditeurs soutiennent que si l’enfant acquiert cette valeur dès le bas âge, il cultivera plu tard l’amour et la tolérance autour de lui.

D’autres  auditeurs martèlent que, l’être humain fait face à des défis et difficultés quotidiennement. Ces difficultés qui constituent des problèmes sont un cycle,  néanmoins celui-ci doit apprendre à les affronter de façon mature et à vivre paisiblement avec son entourage.  Ces auditeurs réitèrent qu’il est inutile de garder rancune lorsqu’on a des problèmes avec son prochain. La tolérance fait avancer  une  communauté.

A noter que la région du Lac Tchad fait face de façon régulière,  au-delà des crises alimentaires , sécuritaires et climatiques,  à des conflits intercommunautaires d’où l’importance de cultiver une cohabitation pacifique.

La cohabitation pacifique des communautés est un gage de réussite. Les communautés doivent apprendre à être  solidaires, à  vivre en harmonie et à  renoncer aux violences comme moyen de réglement de   différends.

Les leaders religieux, communautaires, les chefs coutumiers,  sont appelé, de part ces avis à promouvoir des valeurs humanitaires telles que la  culture de la  paix et la gestion pacifique des conflits.

Il en est de même pour les  chefs des secteurs, acteurs de la société civile, députés provinciaux et autorités territoriales administratives.  Ainsi le  climat de méfiance qui règne entre les habitants et les  préjugés seront brisés.