sécurité

Six personnes tuées dans une présumée attaque de Boko Haram à Kaiga Kindjiria.

 

Les populations de la province du lac continuent subir les actes de terreur des présumés membres du groupe Boko Haram. Le dernier acte dans cette province riveraine du lac Tchad s’est produit mardi dernier, le 2 septembre 2019,  à Kaiga-Kindjira, une localité située à plus de cent kilomètres à l’est de Liwa. Au cours de cette incursion, trois personnes ont été tuées mardi.

D’après les sources  proches des collaborateurs du chef de Canton de Tateférom, l’attaque s’est produite à Nguoréa, un village situé dans la localité de Kaiga-Kindjiria. La source a précisé que trois autres militaires tchadiens ont été également tués dans l’explosion d’une mine anti personnelle au lendemain de l’attaque. Selon cette source, la voiture des militaires tués se dirigeait vers le lieu de l’attaque lorsque leur véhicule a sauté sur la mine. Cette mine a été posée par les assaillants après leur incursion, a fait remarquer le collaborateur du chef de canton.  D’après lui, les blessés ont été conduits à l’hôpital pour des soignes médicaux.

Interrogé par Radio Ndarason Internationale, le chef de canton de Tateférom Maye Gana, a également confirmé l’information.

Déjà le 13 Août dernier, une femme Kamikaze s’est introduite vers minuit dans une concession et a déclenché sa charge à Kaiga-Kindjiria. L’attaque s’est produite pendant que certains habitants n’étaient pas encore endormis.  Cinq personnes, dont un militaire ont été tuées sur le coup. On compte également de nombreux ble