Actualités Paix et sécurité

Mali : Bamako ordonne le départ des « forces étrangères » d’une base de l’aéroport

Le Mali a ordonné le départ dans un délai de 72 heures des « forces étrangères » d’une base de l’aéroport de Bamako, base servant de hub logistique à des soldats étrangers, de l’ONU notamment. Cet ultimatum intervient quelques semaines après l’arrestation de 49 soldats ivoiriens liés à cette base.

Toutes les « forces étrangères » présentes sur la base de la société Sahel Aviation Services (SAS) dans l’enceinte de l’aéroport de Bamako, doivent la quitter « dans un délai de soixante-douze heures », dit un courrier officiel des Aéroports du Mali à SAS, daté de lundi, reçu et authentifié mardi par l’AFP.

« L’hébergement et l’accueil » de soldats étrangers sur cette base « engendre des risques pour la sûreté intérieure et extérieure » du Mali, jugent les Aéroports du Mali, et n’étaient pas prévus dans la convention d’utilisation de ladite base signée en 2018.

La base de SAS à l’aéroport de Bamako sert de « base logistique » pour plusieurs partenaires internationaux du Mali, parmi lesquels des soldats ivoiriens mais aussi des soldats allemands, autrichiens, belges, suédois ou encore pakistanais déployés au sein de missions internationales, notamment l’ONU, a dit mi-juillet l’état-major ivoirien. Selon le ministère allemand de la Défense mi-juillet, la base de SAS de l’aéroport était sécurisée par des soldats ivoiriens.

L’arrestation le 10 juillet au Mali de 49 d’entre eux à l’aéroport de Bamako déployés, selon Abidjan, dans le cadre d’une procédure de l’ONU en soutien de leurs contingents, tandis que le Mali les a qualifiés de « mercenaires », a déclenché une crise diplomatique entre Bamako, Abidjan et l’ONU.

Avec VOA

About the author

Mbodou Hassane Moussa

Journaliste de formation et de profession. Passionné par l'écriture, le digital et les médias sociaux, ces derniers n'ont aucun secret pour lui. Il a embrassé très tôt l'univers des médias et de la Communication. Titulaire d'une Licence en journalisme et d'un Master en Management des projets, Mbodou Hassan Moussa est éditeur Web du journal en ligne Toumaï Web Médias. Aujourd'hui, il est devenu Webmaster à la Radio Ndarason internationale et collabore à la réalisation du journal en langue française et dialecte Kanembou.

%d blogueurs aiment cette page :