Actualités Paix et sécurité

Mali : Au moins 20 civils et un Casque bleu guinéen tués

Le nord du Mali de nouveau pris dans la spirale de la violence : des hommes armés ont tué au moins 20 civils près de la ville de Gao et un Casque bleu est mort dimanche à Kidal, dans le nord du pays « Des terroristes criminels ont assassiné samedi au moins 20 civils dans plusieurs hameaux de la commune d’Anchawadj », à quelques dizaines de kilomètres au nord de Gao, a assuré par téléphone à l’AFP un responsable de la police de la région sous couvert d’anonymat.

Un autre responsable policier à Bamako, également sous couvert de l’anonymat, a confirmé à l’AFP « l’assassinat samedi d’une vingtaine de civils à Ebak à 35 km au nord de Gao, et dans des localités voisines », évoquant « un acte perpétré par des criminels armés ». « Les djihadistes ont assassiné samedi 24 civils dans la commune de Anchawadj. C’est la panique générale », a pour sa part affirmé une autorité locale à l’AFP.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a condamné « fermement » cette attaque, dans un communiqué. Il « rappelle que les attaques visant les Casques bleus peuvent constituer des crimes de guerre au regard du droit international et que leurs auteurs sont passibles de poursuites ».

Par ailleurs, aucune autre source n’a confirmé que les djihadistes étaient les auteurs des attaques. Mais dans cette immense région sahélienne, les attaques des djihadistes affiliés au groupe État islamique au grand Sahara (EIGS) sont de plus en plus fréquentes et leur champ d’action s’élargit.

About the author

Mbodou Hassane Moussa

Journaliste de formation et de profession. Passionné par l'écriture, le digital et les médias sociaux, ces derniers n'ont aucun secret pour lui. Il a embrassé très tôt l'univers des médias et de la Communication. Titulaire d'une Licence en journalisme et d'un Master en Management des projets, Mbodou Hassan Moussa est éditeur Web du journal en ligne Toumaï Web Médias. Aujourd'hui, il est devenu Webmaster à la Radio Ndarason internationale et collabore à la réalisation du journal en langue française et dialecte Kanembou.

%d blogueurs aiment cette page :