Religion Société

Fête de Tabaski fêtée ce 20 juillet, les fidèles s’activent

A l’instar des musulmans du monde entier, les musulmans du Tchad célèbreront ce mardi 20 juillet 2021, la fête de la Tabaski. Pour permettre aux gens de bien passer la fête, les fonctionnaires ont déjà perçu leur salaire.  D’un autre côté, une association du nom de Zilloul Arch, est venue en aide aux personnes les plus vulnérables des 10 arrondissements de la ville en leur offrant des moutons.

D’autres familles plus nanties se précipitent aussi dans les différents marchés de la ville pour leurs achats. On constate que l’enthousiasme dans ces différents marchés est timide même si on peut apercevoir des gens transportant des moutons du marché vers leurs domiciles. Le manque d’enthousiasme s’explique par la cherté des moutons qui coûtent entre 30 000 et 100.000 francs.

Le ministère de l’élevage et des productions animales n’est pas resté insensible face à la mobilisation pour l’achat des moutons. A travers sa délégation pour la commune de N’Djamena, le ministère a mis en garde les populations concernant les viandes non contrôlées par les agents spécialisés du ministère. Selon le ministère, les abattages doivent être soumis à une inspection sanitaire et vétérinaire à travers toute la ville. Des équipes d’agents vétérinaires, constituées à cet effet, sont d’ailleurs envoyées dans les communes d’arrondissements pour inspecter et contrôler l’abattage des moutons.

Le ministère justifie cette initiative par le fait que les animaux font face à plusieurs maladies qui pourraient contaminer les humains en cette saison de pluie. Ainsi, le ministère saisira toute viande non contrôlée pour l’incinérer en présence des autorités municipales. Ces mesures concernent aussi les provinces et les organisations humanitaires qui veulent offrir du mouton aux populations. Dans les provinces, les délégations feront la même chose qu’a Ndjamena. Pour les organisations, des sites d’abattage d’animaux sont prévus.

Dans les provinces aussi, les gens s’activent pour la fête. Là aussi, les choses ne semblent pas faciles. Dans la province du Lac, les déplacés internes de Kaya à 5 km au sud de Bol disent éprouver d’énormes difficultés à la veille de la fête de Tabaski. Interrogés par nos reporters, ces déplacés se plaignent aux aussi a propos du prix des animaux. « Les ovins sont extrêmement chers et cela ne donne pas la possibilité à la majorité des personnes d’égorger cette année. » « Emprunter de l’argent n’est  pas facile de nos jours, et les enfants n’ont pas d’habits neufs pour célébrer cette grande fête »  disent ces déplacés. Cependant, d’autres plus nantis ont promis de partager la viande avec les voisins pour marquer la solidarité.

Malgré toutes les difficultés et les mesures prises, les personnes rencontrées dans la rue ne souhaitent que passer cette fête dans la joie et la paix.

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :