Culture

CULTURE : le film de Mahamat Saleh Haroun au Festival de Cannes

En plus de 23 autres films retenus pour la compétition au Festival de Cannes 2021, le film du cinéaste Tchadien Mahamat Saleh Haroun est retenu pour la compétition officielle.

« Lingui », le film du cinéaste tchadien, Mahamat Saleh Haroun, raconte l’histoire d’une jeune Amina qui vit seule avec Maria dans les faubourgs de N’djaména au Tchad. Elle tombe enceinte et son monde s’écroule car elle n’a pas voulu de cette grossesse. L’avortement étant condamné par la religion, mais aussi par la loi, Amina se retrouve face à un combat qui semble perdu d’avance.

Mahamat Saleh Haroun n’en est pas a son coup d’essai au Festival de Cannes. Il a déjà gagné le prix du Jury avec son film « Un homme qui crie » en 2010. Dans son film, figure le grand acteur Youssouf Djaoro avec qui il avait remporté la Palme d’Or ainsi que Rihane Khalil Alio, Achouackh Abakar.

Mahamat Saleh Haroun, est né en 1961 à Abéché, il a fait ses études de cinéma à Paris au Conservatoire libre du cinéma français. En 1991, il réalise son premier court-métrage « Tan Koul », mais c’est avec son deuxième film titré « Maral Tanié » réalisé en 1994 qu’il se fait connaître. Mahamat Saleh Haroun a été nommé ministre du développement touristique de la culture et de l’artisanat du Tchad en 2017 et 2018, avant de démissionner.

%d blogueurs aiment cette page :