Bassin du Lac Tchad

Recrudescence des attaques de présumés Boko Haram dans le Bassin du lac Tchad.

La semaine dernière a été marquée par la recrudescence des attaques des présumés éléments de Boko Haram dans le bassin du lac Tchad, particulièrement dans la province du lac.

La dernière en date est celle de Barkaram. Cette localité est située à 20 Kms à l’ouest Ngouba dans la province du lac. Six  personnes tuées le week-end dernier  à Barkaram. Selon les sources locales confirmée par une source sécuritaire anonyme, leur véhicule a sauté sur une mine. Selon ces sources, l’une des victimes est un preneur de vue de la télévision nationale tchadienne. Le groupe Boko Haram est pointé du doigt.

Le vendredi 17  mai 2019, quatre personnes ont été tuées   dans une attaque des présumés éléments  du groupe Boko Haram à Salia, à environ 25 Kms à l’ouest de Bol. Selon des sources locales, les présumés éléments de Boko Haram se sont retirés avant l’arrivée des forces de sécurité.

Le mercredi 22 mai 2019,  deux personnes ont été tuées et deux autres blessées dans une attaque des présumés BoKo Haram à Mahalla, une localité se trouvant à une trentaine de Kilomètre au Nord-ouest de Kiskira dans la province du Lac. L’attaqué a été confirmée par des sources sécuritaires. Selon quelques habitants interrogés par Radio Ndarason Internationales, près de dix femmes ont été enlevées par les assaillants.

D’autres attaques des présumés éléments de Boko Haram ont été également enregistrées dans la province du lac Tchad au Tchad à la fin de la semaine…….

Les autres pays du bassin du lac Tchad ont également été victime des attaques des présumés éléments du groupe Boko Haram.

Vingt-cinq soldats nigérians  tués et plusieurs véhicules incendiés ce week-end  dans une embuscade des éléments du groupe Boko Haram à Damboa, une ville située à Borno, au Nord-est du Nigéria. D’après les sources sécuritaires citées par africanews, le groupe de militaire escortait des déplacés qui avaient fui les attaques du grpoupe Boko Haram. Selon les sources proches d’un membre du comité civil de défense citées toujours par africanews, les assaillants ont encerclé d’abord les véhicules des militaires et civils avant d’ouvrir le feu.

Le samedi 18 mai, deux  déplacés du camp de Madu Musaha ont été tués et une dizaine d’autres blessés dans une attaque des présumés Boko Haram à Dikwa.  Dikwa est situé à 90 km de Borno, au Nord-est du Nigeria. Selon des sources  sécuritaires citées par Africa Radio, les assaillants ont ouvert le feu sur les déplacés qui mangeaient vers minuit. Toujours le même jour, une autre attaque est intervenue quelques heures après à Lassa, un village situé dans le même Etat. D’après les sources locales, il y a eu vol des vivres et incendie des boutiques. Selon toujours ces sources, les assaillants se sont échappés dans la forêt avant   l’  arrivée des militaires nigérians.

Le lendemain, une personne a été tuée et plusieurs autres blessées dans une explosion à Maroua. La ville de Maroua est le chef-lieu de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun et du département du Diamaré.

L’attaque est intervenue à la veille de la célébration de la 47ème édition de la fête de l’unité nationale qui a eu lieu le lundi 20 mai. Selon les sources sécuritaires camerounaises citées par les médias camerounais, plusieurs suspects ont été interpellés. D’après les mêmes sources, les dispositions ont été prise pour assurer la sécurité des habitants.

 

RADIO NDARASON LIVE