Humanitaire

Accéder aux soins de santé de qualité, un vrai casse-tête pour les personnes déplacées

L’émission « le Mag au Féminin » de la radio Ndarason internationale a été consacrée cette semaine à la situation des femmes déplacées dans la province du Lac.  Cette émission interactive donne la parole à nos auditeurs et auditrices afin de partager des expériences et donner leurs avis par rapports à leur vécu quotidien.

Il ressort de leurs déclarations que l’accès aux soins est un problème majeur rencontré dans les camps. Selon ces femmes, elles font de longues distances pour avoir de bons soins.  Cette femme donne son témoignage : « Nous n’avons pas accès aux soins comme il faut dans nos camps. Le personnel de santé est rare. Quand on est malade, nous n’accédons pas tous facilement aux soins, le personnel soigne le patient qu’il veut et néglige ceux qui ne sont pas proches d’eux. Et si la maladie persiste nous devons aller très loin pour nous faire soigner.»

Pour voir plus clair dans cette situation dont les femmes se plaignent, nous avons joint un responsable de centre de santé.  Djérané Celestin est le responsable du centre de santé de Bagasola urbain. « Beaucoup d’enfants souffrent de différentes maladies, ils vivent dans des conditions très difficiles. Je profite de votre micro pour lancer un appel aux personnes de bonne volonté et les organisations humanitaires d’intervenir pour l’amélioration des conditions socio-sanitaires des déplacées ».

En effet, malgré l’aide des humanitaires depuis plusieurs années, la vie des déplacés et retournés, reste toujours précaire. Avec les nombreux déplacements de populations à la suite de l’opération « colère de Boma », leur nombre a augmenté. Ces populations se retrouvent dans les sites spontanés créés autour de Bol et Bagassola, avec des besoins humanitaires urgents dans les domaines de l’abri, de l’alimentation, de l’eau, de l’assainissement, des soins de santé et des moyens d’existence.

Lire aussi:

 

%d blogueurs aiment cette page :