Nouvelles locales

Théâtre de violence à Ndjamena pour arrêter un candidat aux présidentielles

photo de yaya dillo

Cet ancien rebelle Yaya Dillo devenu ensuite opposant fait l’objet de poursuite judiciaire, il est accusé de diffamation contre l’épouse du chef de l’État tchadien depuis des mois. Il n’aurait donc pas répondu aux convocations de la justice qui lui ont été adressées et s’était refugié dans une zone inaccessible pour se protéger.  Revenu à Ndjamena la semaine dernière pour déposer sa candidature à la présidentielle, la police l’aurait interpellé samedi. Il aurait une fois de plus refusé de les suivre.

Face à ce refus, la police est revenue en force. Des dizaines de camionnettes, des véhicules blindés, des policiers et des hommes de la DGSSIE ont quadrillé le quartier pendant trois jours mais l’opposant aurait résisté.  Jusque-là, les chiffres du bilan ne sont pas définitifs mais la mère du candidat aux présidentielles fait partie des personnes tuées.

Après la déclaration du porte-parole du gouvernement qui a parlé dans son bilan de deux morts et cinq blessés, le ministre des affaires étrangères, Amine Abba Siddick , s’est aussi adressé au corps diplomatique. Pour lui, la mort de la maman de Yaya Dillo aurait été causée par un tir venant de l’intérieur du domicile de l’opposant.

Les autres conséquences de ces violences sont aussi le fait qu’internet et les réseaux mobiles téléphoniques ont été coupés : il était donc difficile voire impossible pour les NDjamenois de communiquer.

Plusieurs déclarations des autorités pour éclairer l’opinion

L’ancien chef rebelle, ancien ministre et actuellement candidat aux présidentielles a été exfiltré par ses proches. Selon des sources diverses, il est en lieu sûr mais n’est pas localisé. Son exfiltration a eu lieu dimanche soir aux environs de 18h. Profitant du désordre et de la panique qui régnait dans son quartier à Amriguebé dans le 5ème arrondissement, ses amis en ont profité pour tromper la vigilance des militaires venus le chercher pour l’emmener.

Youssouf Tom, procureur de la République près le tribunal de grande instance de Ndjamena a fait un point de presse ce lundi 1er Mars. Youssouf Tom a déploré les victimes collatérales. Donnant des détails sur ce qui s’est passé, il a declaré: « Le mandat lancé contre Yaya Dillo n’étant jamais exécuté puisqu’il se trouvait dans une zone difficile d’accès, il a fallu attendre son retour à N’Djamena où le samedi 27 février 2021, les éléments de la sécurité sont allés exécuter le mandat, mais ils n’ont pas pu arrêter Yaya Dillo car ce dernier a opposé une résistance. Le dimanche 28 février 2021, les officiers de la police judiciaire chargés d’exécuter les mandats ont renforcé leur sécurité pour se rendre au domicile de Yaya Dillo. Ce dernier a encore opposé une résistance armée et il y a eu des échanges de tirs qui ont causé quelques morts, des blessés et des dégâts matériels. Aux dernières nouvelles, Yaya Dillo a quitté son domicile avec l’aide de quelques acolytes et sa position demeure inconnue ».

Selon le procureur, une enquête pour meurtre, coups et blessures volontaires et complicité de meurtre contre tous les auteurs et coauteurs et complices des infractions est lancée.

 

%d blogueurs aiment cette page :