Actualités Paix et sécurité

Sécurité : Arrestation des présumés acteurs de l’enlèvement des filles du Chibok.

22 présumés Boko Haram présentés hier au public par les forces de l’ordre à Maiduguri, la capitale de l’Etat du Borno. Selon le commissaire de police de cet état du Nord-est du Nigéria, leur arrestation est intervenue hier. Il s’agit trois commandants, deux fournisseurs de logistique et dix-sept combattants. D’après le commissaire de police,  ils ont été arrêtés par l‘équipe d’intervention des renseignements.

Pour rappel, l’enlèvement de 276 lycéennes de Chibok est intervenu  dans la nuit du 14 au 15 avril 2014. Ces  lycéennes sont enlevées par des combattants du groupe terroriste  nigérians, Boko Haram. Selon plusieurs sources concordantes, deux semaines plus tard, le chef de Boko Haram, Abubakar Shikau, annonce leur mise en esclavage sexuel. Elles sont détenues pendant des années dans la forêt de Sambisa  au Nord-est du Nigeria.

57 filles parviennent à s’enfuir peu après l’attaque en 2014.

Le 17 mai 2016, pour la première depuis l’enlèvement des lycéennes, une de ces filles  est retrouvée par l’armé nigérian dans la forêt de sambisa.

Après de longues négociations, 82 jeunes filles sont libérées le 6 mai 2017. À cette date, il reste donc environ 113 jeunes filles manquant à l’appel. Selon un avocat ayant participé aux négociations, certaines captives ont cependant refusé d’être libérées. D’autres ont développé des relations complexes avec leur ravisseur. Amina, la première lycéenne libérée, affirme ainsi en mai 2016 que son mari, membre de Boko Haram, lui manque.

L’insurrection de Boko Haram visant à établir un califat islamique dans le nord du Nigeria a fait au moins 20.000 morts et plus de 2,6 millions de déplacés.

%d blogueurs aiment cette page :