Actualités Economie

Raréfaction de la monnaie sur le marché de Liwa.

La monnaie circule difficilement sur le marché de Liwa, chef-lieu de la sous préfecture du même nom, dans la province du lac. C’est à 75 kilomètres de Bol.

Quelques consommateurs interrogés par Radio Ndarason Internatinale ont dit rencontrer des difficultés  pour acheter des produits sur le marché car, disent-ils, les commerçants manquent des pièces et petites coupures de monnaie pour l’échange.

Quelques commerçants interrogés ce jeudi par Radio Ndarason Internationale ont justifié cette situation par la présence des vieux billets sur ce marché. Les commerçants ont  également déclaré  rencontrer d’énormes difficultés pour faire écouler leurs marchandises à cause du manque des petites coupures. Ils déclarent : « Nous  les commerçants, rencontrons d’énormes difficultés au marché de Liwa. Les clients viennent avec les billets déchirés.  Ces billets ne sont pas pris un peu partout. Et, s’ils viennent faire  le marché, c’est avec des gros billets. Et lorsque nous leurs rendons des billets fatigués, ils les rejettent aussi. »

D’après toujours ces commerçants, avant la naissance de Boko Haram, certains commerçants se rendaient régulièrement au Nigeria. Ils rentraient avec des petits billets qui facilitaient les échanges commerciaux  sur le marché  de Liwa,  expliquent ces commerçants avant d’ajouter que, ces dernières années, ils ne s’y rendent plus à cause de la situation sécuritaire délétère provoquée par Boko Haram.

Le 10 septembre dernier, les commerçants ont indiqué qu’il était difficile d’avoir  la monnaie dans les différents marchés et boutiques de la province du lac. Les clients avaient indiqué quant à eux être obligé de compléter les articles achetés par d’autres pour parer à cette situation.

Pour la petite histoire, le problème de petites coupures de monnaie ne se pose pas seulement pour le franc CFA dans cette partie du Tchad. Selon les commerçants, le même problème se pose aussi pour la devise nigériane , Naira. Pour le franc CFA, le problème ne se pose pas seulement au Tchad, mais aussi dans d’autres pays du bassin du lac Tchad ayant en commun le CFA comme monnaie.