Nouvelle régionales Société

Niger : Vers l’implications des chefs traditionnels pour contrecarrer les mariages des filles avant 18 ans

Le président du Niger, Mohamed Bazoum, a présidé ce mardi 23 novembre 2021, à Niamey, la cérémonie d’ouverture du Symposium des Chefs traditionnels sur le dividende démographique organisé en partenariat avec l’UNFPA. Dans son discours de l’ouverture, le président Mohamed Bazoum a interpellé les chefs traditionnels sur la pratique du mariage précoce des enfants et le maintien des jeunes filles à l’école. Aussi, il a demandé aux chefs traditionnels de ne plus prendre en mariage des filles de moins de 18 ans.

Au Niger, 77% des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans. Cette situation fait que de nombreuses jeunes filles abandonnent l’école. Cela a aussi de nombreux impacts sanitaires comme les fistules obstétricales. C’est pourquoi, lors de ce symposium de deux jours sur la transition démographique, Mohamed Bazoum a profité pour mettre les chefs traditionnels devant leur responsabilité.

« Pour que vous prêchez par l’exemple et non pas seulement par la parole, ne serait-ce pas possible qu’au terme de ce symposium vous preniez une résolution dans laquelle vous vous engagez à ce que ni sultans, ni chefs de canton, ni chefs de groupement ne prennent plus en mariage des filles âgées de moins de 18 ans ? Ça serait un exemple », avait insisté Mohamed Bazoum aux chefs traditionnels réunis à Niamey.

Les regards sont désormais tournés vers les chefs traditionnels qui sont incontournables dans les prises de décisions et sont très influents au sein de la population.

« Cette demande du chef de l’Etat va faire l’objet d’une concertation et d’un débat uniquement entre nous. La question du mariage et surtout l’âge du mariage est une question très sensible. Dans les livres sacrés, il n’est pas dit qu’il y a un âge pour le mariage », ont indiqué les 247 chefs.

 

%d blogueurs aiment cette page :