Santé

Niger et Nigeria font face à une grave épidémie de choléra,  le Tchad se prépare

Avec la saison des pluies marquée par de grosses pluies et des inondations, les pays voisins du Tchad comme le Niger et le Nigéria continuent de subir les conséquences et font face à une épidémie de choléra qui continue de faire des morts.

Au Niger, la maladie s’est déclenchée depuis le mois d’aout. Le dernier bilan parle de plus de 100 morts et 2874 malades. Aujourd’hui, six des huit régions que compte le Niger sont  touchées et l’épidémie continue de gagner du terrain. Ces régions sont la capitale Niamey, les régions de Tahoua (Nord-Ouest), de Dosso (Sud-Ouest), de Maradi (Sud), de Zinder (Sud-Est) et de Tillaberi (Ouest).

Au Nigeria. la maladie sévit depuis plus de six mois et  le pays a atteint le niveau de 100 morts dans la région du Niger, à l’ouest. Selon des informations données par la commissaire à la santé de la région, la maladie a atteint cinq zones de la région depuis le début du mois de septembre. On estime que 65.145 personnes ont été affectées par la maladie et 2000 ont succombées. La maladie sévit chaque année dans ces pays dits endémiques où l’accès à l’eau potable reste un défi à relever. Au Nigéria par exemple, 14% de la population estimée à plus de 200 millions de personnes, a accès à un approvisionnement en eau potable.

La maladie continue de faire rage et  commence à atteindre des pays voisins. Au  Mali, deux cas suspects de choléra ont été détectés dans le Nord du Mali, plus précisément à Ansongo, dans la région de Gao, près de la frontière avec le Niger. Ce qui commence à inquiéter  d’ autres pays qui ne sont pas encore touchés tel que le Tchad ou le Cameroun voisin où des cas seraient déjà signalés.

Les autorités Tchadiennes se préparent à faire face en cas de propagation

Une réunion virtuelle a été animée ce jeudi 17 septembre par le ministre de la Santé publique et de la Solidarité nationale, Dr Abdoulaye Sabre Fadoul, afin de prendre les dispositions nécessaires pour contrecarrer toute éventuelle menace de choléra. Parmi les dispositions prises par les autorités en charge de la santé au Tchad, il y a la remise de kits de prise en charge du choléra aux provinces frontalières du Lac et du Kanem. Des rencontres de sensibilisation  ainsi que des dispositions de lavage des mains sont sont organisées.

Le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Tchad, Dr Jean Bosco Ndiwakubwayo, était aussi présent à cette rencontre. Ce dernier a exprimé sa ferme volonté d’appuyer le Tchad face à l’épidémie.

Dans le passé, le Tchad a fait face à une épidémie de choléra en 2017. Le nombre total s’était élevé à 450 cas, dont 59 décès, avec un taux de létalité de 13% pour les deux régions sanitaires du Sila et Salamat. En 2011, la maladie avait aussi sévi et contaminé 11 000 personnes et fait près de 400 victimes.

 

%d blogueurs aiment cette page :