Humanitaire

Plus de mille habitants de la communauté d’Ajalari Bintu Siga reçoivent une aide médicale à Maiduguri.

Plus de mille habitants de la communauté d’Ajalari Bintu Siga de Maiduguri ont bénéficié le vendredi dernier d’une assistance médicale gratuite. Maiduguri est la capitale de l’État Borno, au nord-est du Nigéria. Cette aide leur a été offerte par l’association des médecins musulmans nigérians en collaboration avec l’ONG Ngomari II Unity Forum.
Quelques bénéficiaires du projet interrogés par Radio Ndarason Internationale ont remercié les heureux donateurs pour ce geste qui disent-ils est noble. Ils ont déclaré avoir bénéficié de nombreux produits médicaux.
Une femme enceinte également interrogé par RNI, déclare : « avant je ne me sentais pas bien. Je ne faisais que vomir. Mais à présent, ma santé s’est nettement améliorée. » Par ailleurs, cette femme a demandé aux autorités d’appuyer les donateurs dans cette mission afin de redonner de l’espoir et du sourire aux habitants. Au nom de toutes les femmes ayant bénéficié cette aide humanitaire, cette femme a remercié les heureux donateurs avant de d’ajouter que Dieu leur rende au centuple.
Interrogé par Radio Ndarason Internationale, Hassan Ibrahim, le vice-président du Ngomari II Unity Forum, a souligné que l’association a également soutenu les femmes enceintes. Il a indiqué que ces femmes ont bénéficié des kits d’accouchement contenants des gants, serviettes hygiéniques, laines de coton et bien d’autres produits médicaux.
Selon Médecin Sans Frontière, le conflit de près de dix ans entre l’armée et les groupes armées non étatiques a fait de nombreuses victimes aux nord-est du Nigeria. D’après MSF, face à cette situation MSF et d’autres ONG se sont mobilisés en 2018 pour apporter une aide médicale humanitaire aux personnes vulnérables à Bornu et plus précisément à Maiduguri la capitale.
Selon MSF, des milliers d’habitants sont morts de suite de maladies faciles à traiter, telles que le paludisme faute de soins. Médecin Sans Frontière a rappelé que MSF et d’autres ONG ont eu de la peine qu’avec les ONG associés à combler les lacunes en raison de l’insécurité.