Nouvelles locales Société

16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes

groupe de femmes parmi lesquels d'autres habillées en orange

« Tous UNiS » 2020 : « Orangez le monde : financez, intervenez, prévenez, collectez ! » C’est  le thème de cette campagne lancée par les Nations Unies. Les activités ont débuté depuis le 25 novembre pour s’étendre jusqu’au 10 décembre. La différence cette année est la pandémie du COVID-19 qui ne laisse pas les gens libres et interdit les rassemblements.

Plusieurs associations, ONG et agences des Nations Unies se sont levées. Elles contribuent à l’atteinte des objectifs. C’est le cas de l’ONG La voix des femmes. Depuis le 25 novembre, elle organise des activités dont une conférence débat à l’Université Toumai. Le thème : la violence faites aux femmes en milieu estudiantin.

Selon Madame Bainda Rachel, chargée de programme et de droit humain à l’UNFPA. Et, le harcèlement peut avoir des conséquences. Ces conséquences s’incrivent dans le développement psychologique et social de l’enfant ou de l’adulte. Selon elle, la victime perd l’estime de soi et cherche toujours à se cacher. Elle insiste et dit qu’il faut  lutter efficacement contre ce fléau. Pour cela,  les victimes doivent dénoncer et témoigner. Elle appelle tout le monde à agir pour que les choses bougent.

En plus, l’ONG CARE organise aussi un Forum. Et, en collaboration avec le ministère de la femme.  C’est un forum qui se veut cadre de dialogue et d’échange d’expérience. Cela, Afin de favoriser l’amélioration de la qualité et la prévention des violences basées sur le genre (VBG). La directrice pays de Care International, Mme Archange Guerrier Marie Gladys a fait une déclaration à l’ouverture. Pour elle, ce combat doit être gagné avec une synergie d’actions cohérentes et complémentaires.

Il faut dire que la question des violences basées sur le genre est une question cruciale. Et, elle ne touche pas que le Tchad.  La région du Lac Tchad (Nigéria, Cameroun, Niger, Tchad) est en proie à des conflits de toutes sortes. Cette situation conflictuelle avec la menace Boko Haram exacerbe les violences basées sur le genre (Vbg). Dans cette région, « 17 millions de personnes à risque » ont été dénombrées, a informé Catherine Andela, conseillère régionale du système des Nations unies sur les violences basées sur le genre (Vbg) en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Parmi ces millions, des milliers de filles ont subi des violences sexuelles. Des milliers de fillessont kidnappées par des gangs de malfaiteurs, au Nigéria.

Le forum doit durer jusqu’au 9 décembre.

 

%d blogueurs aiment cette page :