Bassin du Lac Tchad Paix et sécurité

L’Extrémisme violent, un frein pour la stabilité dans le Bassin du Lac Tchad

Le Bassin du Lac Tchad est une région stratégique et historique.  Mais elle est depuis plusieurs années en proie à l’extrémisme violent. La montée de l’extrémisme violent affecte l’intégrité sécuritaire, économique, environnementale et institutionnelle des pays qui partagent cette sous-région. Cette situation est la conséquence des actes de Boko Haram qui y sévit depuis plusieurs années.

L’on continue de vivre les conséquences. Selon le PNUD, Boko Haram a déjà fait plus de 35 000 morts et quelque 1,8 million de déplacés dans le nord-est du Nigéria. En plus, l’on dénombre au moins 10,7 millions de personnes ayant un besoin d’assistance humanitaire. La famine aurait touché 65 000 âmes. Tandis qu’au Cameroun, 200 000 personnes ont été forcées de fuir leur foyer. C’est donc une question assez préoccupante. Pour en parler Radio Ndarason s’est rapprochée de l’expert en extrémisme violent, Baniyara Yoyana.

L’expert déclare que l’extrémisme violent est un poison mondial : « l’extrémisme aujourd’hui est un poison mondial, il nous touche directement chaque jour à cause de la présence de la secte Boko Haram dans les quatre pays de la sous-région. La population du Lac est l’une des principales victimes mais l’extrémisme touche tout le monde. Si vous suivez les actualités vous trouverez que les européens, en particulier la France, sont touchés. L’extrémisme n’a donc pas de frontière. »  Baniyara Yoyana, insiste, Boko Haram est un ennemi invisible et arrive à mettre les gens en situation.

Le plus souvent, les adeptes de Boko Haram se basent sur la religion pour conquérir des gens. Mais Baniyara Yoyana, expert en extrémisme violent est clair : Boko Haram fait le contraire de ce que le prophète a conseillé à travers le Saint Coran et d’autre livres qu’on enseigne aux uns et aux autres. Voici son analyse : « Le monde entier est bouleversé par cette nouvelle tendance aujourd’hui. Ces personnes qui croient défendre la religion c’est-à-dire l’islam font tout le contraire. Ils font le contraire de l’islam et le contraire de ce que le prophète a conseillé. Et cela à travers le Coran et tous les livres qu’on enseigne aux gens. Il est très compliqué et très difficile de savoir pourquoi ils ont cette attitude et ce qu’ils gagnent. Puisque faire des violences et faire des otages et tuer c’est tout à fait le contraire de ce qu’enseigne l’islam et toutes les religions. Dieu seul peut donner la vie et lui seul peut l’ôter. »

Il faut surtout préciser que l’extrémisme a déjà couté depuis 2007, 97 milliards à plusieurs pays africains. Ainsi plusieurs organisations dont des agences des Nations Unies mènent des actions pour éradiquer ce fléau. Le PNUD ambitionne de faire des femmes un rempart contre l’extrémisme. Selon un rapport publié récemment, les femmes sont victimes doublement. Elles doivent prendre soin de leurs familles quand les hommes sont enrôlés.