Nouvelle régionales Paix et sécurité

Extrême-Nord Cameroun : des ex-combattants Boko Haram de retour au Nigéria

Les ex-combattants et associés de Boko Haram de nationalité nigériane, renvoyés dans leur pays, font partie de ceux qui avaient fui les rangs du groupe djihadiste après la mort du leader Aboubakar Shekau. Le manque de leadership dans le groupe et son affaiblissement face aux rivaux, a amené certains combattants à quitter les rangs de Boko Haram et à trouver refuge au Cameroun. Au nombre de 1 447, ils ont été enregistrés et pris en charge par le Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR) qui a accueilli 846 Nigérians.

Le retour au Nigéria des 855 ex-combattants réfugiés et de leurs familles s’est effectué ce vendredi. Ils ont été convoyés à bord de bus à la frontière à Banki, dans l’Etat nigérian de Borno. Ce n’est pas la première fois que le Cameroun renvoie des ex-combattants de Boko Haram dans leur pays d’origine. En août dernier, 82 anciens membres  d’origine Nigériane et Tchadienne, avec leurs familles, s’étaient rendus aux autorités camerounaises.

Boko Haram sévit toujours au Nigéria depuis 2009 et a gagné tout le bassin du lac Tchad.  Entre 2015 et 2020, le groupe terroriste a été à l’origine de près de 160 attaques suicides en territoire camerounais, pour un total de 467 morts et 672 blessés. Avec la mort du leader de Boko Haram, ils sont de plus en plus nombreux à quitter les rangs du groupe. Le 22 aout dernier,  plus de 200 ex-combattants d’origine nigériane s’étaient  rendus pour être accueillis au centre de transit de Meri dans le Diamaré dans la région de l’Extrême-Nord. Avec ce nouveau chiffre, le centre de Meri reçoit près de 800 ex combattants de Boko Haram.

Les arrivées de réfugiés ex-combattants et associés de BH se sont multipliées ces derniers mois, en raison  des conflits internes au sein du mouvement djihadiste. Les  hommes armés regagnent leur pays tandis que leurs anciens camarades continuent d’infliger des pertes aux populations dans la région de l’Extrême-Nord. Trois personnes ont encore trouvé la mort ce 15 septembre à Moutsikar non loin de Mandoussa dans une attaque de Boko Haram.

%d blogueurs aiment cette page :