Actualités

Congrès du Conseil National Consultatif des Jeunes, enfin lancé

banderole du congrès de CNCJ

« Le conseil des jeunes au Tchad : quel partenariat pour la dynamisation de la vie associative au Tchad », c’est sous ce thème que s’ouvre ce troisième congrès. Ce congrès qui se déroule sur trois jours, permettra aux jeunes de réviser les textes et voter un nouveau bureau. Cinq participants représentent chaque province du pays. Il faut dire que ce congrès avait été interdit sur décision du vice-président du tribunal, mais autorisé en décembre par le président du tribunal.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Ministre de la Jeunesse et des Sports : Outoin Mohammed Dounga Christian. Le ministre a déclaré que ce congrès devra élire démocratiquement un bureau qui sera incontestable, capable de fédérer et d’apporter de la cohésion, de la concorde au sein de la jeunesse tchadienne. Il insiste : « Nous devons être une jeunesse consciencieuse et véritable qui doit permettre au pays de gagner toutes les batailles auxquelles il fait face. »

Les jeunes de la province du Lac sont aussi présents à ce congrès. Ces derniers représentent chacun une association de jeunes œuvrant au quotidien pour la prise de conscience et la résolution des problèmes des jeunes. Au lac, les jeunes restent confrontés à plusieurs problèmes dont le chômage, la pauvreté et le manque de moyens pour faire face aux défis quotidiens, ce qui ne les protège pas face à l’extrémisme violent et leurs promoteurs. Ils sont enrôlés très facilement après des promesses trompeuses.

La lutte contre l’extrémisme violent doit concerner tout le monde, y compris les jeunes qui peuvent efficacement apporter leur contribution dans la lutte. Mais un jeune peut-il contribuer à la lutte ? Mamadou Mahamat Souleymane, est venu du Lac,  il est le coordinateur de l’Alliance Nationale des Associations pour le Développement Economique et Social (ANADES). Pour lui : « le jeune a bel et bien un rôle à jouer dans cette lutte. Car demain lui appartient. » Il explique ce qui se passe aujourd’hui par le fait que les jeunes dans le Lac sont désœuvrés et n’ont pas accès à l’emploi. Il leur demande de rester vigilent et ne pas céder aux offres faites par les terroristes. Et d’ajouter que le gouvernement doit créer des centres de formations professionnelles et des emplois.

%d blogueurs aiment cette page :