Actualités Nouvelle régionales

Attaque Lac Tchad: Un témoin dit que les insurgés ont tiré sur l’avion avant le bombardement

Un témoin de la frappe aérienne sur Kwatar Daban Masara a déclaré à RNI que les insurgés avaient d’abord attaqué l’avion de combat militaire nigérian et que ce n’est qu’ensuite qu’il avait commencé à bombarder le village.  Cependant, cette version n’a pas été corroborée par d’autres victimes et résidents du village ou par  des sources officielles.

Le témoin, un pêcheur appelé Kyari Goni, qui a été l’une des victimes de l’attentat, a expliqué : « Nous nous sommes réveillés dimanche matin et étions sur le point de prendre notre petit-déjeuner. Nous avons vu de la fumée autour de l’avion de chasse et il semblait que les insurgés avaient tiré dessus. Avant même que nos bouches ne soient fermées, nous avons vu les bombes tomber. »

Goni a déclaré à la journaliste de RNI, Fatima Grema Modu, qu’il savait qu’au moins huit pêcheurs étaient morts et que plus de 18 avaient été grièvement blessés lors du dernier attentat. D’autres rapports estiment le nombre de morts à plus de 20.  La plupart des pêcheurs vivaient dans la brousse près de la rive du lac Tchad. « Nous allons au bord de la rivière tous les jours pour attraper autant de poissons que possible parce que c’est notre seul moyen de subsistance. Nous avons vu des avions de chasse militaires dans la région, mais ils n’ont jamais bombardé personne auparavant. »

Goni a déclaré que son frère aîné, Modu Buduma, était mort dans l’attentat.  « J’essayais de l’aider, mais mes mains étaient  blessées et il y avait des blessures sur tout le corps. » Il a dit qu’il avait marché pendant au moins trois heures de son village au parking le plus proche et qu’il avait pris une voiture pour l’emmener dans la zone du gouvernement local de Monguno, où il a été soigné pendant une journée. « Après cela, j’ai été emmené à Maiduguri pour un traitement approprié. » Ses factures médicales ont été payées par l’Association des pêcheurs de Monguno parce qu’il n’avait pas d’argent.  Il estime qu’il y avait plus de 300 personnes à Kwatar Daban Masara et que la plupart d’entre elles avaient été déplacées. Il n’avait connaissance d’aucune intervention gouvernementale dans la région.

« Le gouvernement est injuste envers nous parce qu’il sait que nous ne sommes pas des insurgés et que nous n’avons aucun lien avec les extrémistes. Ils savent que la seule façon de survivre est de quitter notre village et de vivre près du rivage. Nous travaillons dur pour nous nourrir et nourrir nos familles. Le gouvernement ne nous aide pas », a déclaré Goni.

Goni se trouve dans le village des enseignants Ali Monguno à Maiduguri où il reçoit des soins médicaux. Il ne connaissait aucun autre pêcheur soigné à Maiduguri.  Il a fondu en  larmes lorsqu’on lui a posé des questions sur sa famille et ses proches, disant qu’il ne les avait pas vus avant d’être emmené à Maiduguri et qu’il ne savait pas s’ils étaient vivants ou non.

La province de l’État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP) a récemment levé l’interdiction faite aux pêcheurs sur son territoire, leur permettant de pêcher en eau douce moyennant le paiement d’une taxe. Cela avait conduit à un afflux de pêcheurs qui avaient auparavant abandonné la région en raison des conflits violents.

Dans un rapport publié mercredi par Reuters, une source connue uniquement sous le nom de Husaini a déclaré à l’agence de presse que deux avions avaient bombardé un marché aux poissons à Kwatar Daban Masara  dimanche. « Au moins 50 personnes ont été tuées sur le coup… y compris mon ami qui s’est marié il y a seulement trois semaines », a déclaré Husaini.

Un autre résident, qui a demandé à ne pas être nommé, a déclaré à Reuters que les habitants pêchaient malgré une interdiction militaire du commerce en raison d’allégations selon lesquelles les ventes de poisson finançaient l’ISWAP. Le résident a dit qu’il avait vu les cadavres d’au moins 60 personnes après la frappe de l’armée de l’air.

%d blogueurs aiment cette page :