Uncategorized

Attaque des présumés Boko Haram dans la banlieue de Maiduguri.

 

Des présumés éléments du groupe Boko Haram ont attaqué lundi dernier la banlieue de la communauté de la croisée de Maiduguri, capitale de l’Etat de Borno au nord-est de Maiduguri.

Selon quelques habitants interrogés par RNI, l’attaque s’est produite vers vingt-une heures. Ils ont déclaré que certains habitants ont passé la nuit dehors. Certains sont déjà rentrés à leurs domicile.

Ils ont également affirmé que l’attaque n’a fait aucune victime. D’après les personnes interrogées, les assaillants ont été très vite repoussés par l’armée nigériane.

Par ailleurs, ces habitants ont demandé aux autorités de renforcer l’effectif des éléments des groupes civils d’auto-défense engagés dans la lutte contre les éléments du groupe Boko Haram qui écument la région. Ils déclarent : « Nous demandons au gouvernement de renforcer la force de défense civile et renforcer l’effectif ».

Ces habitants ont également appelés leurs autorités à doter ces groupes d’auto-défense de moyens conséquents pour leur permettre de mener à bien la mission qui leur a été dévolue. Pour lutter plus efficacement contre les éléments du groupe Boko-Haram, les groupes civils d’auto-défense doivent être régulièrement ravitaillé en munition, a fait remarquer les habitants de la banlieue de la croisée de Maiduguri.

Pour une catégorie d’habitants interrogés par RNI, les autorités doivent livrer des armes létales aux groupes civils d’auto-défense. Ils ont estimé que c’est l’unique moyen pour venir about de cette menace. Ils ont également déclaré être prêts à combattre dans les jours avenir aux cotés des groupes civils d’auto-défense. Mais bien avant cela, ces habitants ont demandé d’être appuyés financièrement de l’Etat.

.

Interrogé par RNI, Bulama Bukar Kime, le dirigeant traditionnel de la communauté de croisé de Maiduguri a confirmé cette attaque.

Depuis 2009, le conflit entre Boko Haram et l’armée nigériane a fait plus de vingt-sept mille morts et plus de 1,7 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.