Entretien

 l’entrepreneuriat au Tchad

.

Radio Ndarason Internationale a reçu le week-end dernier Idrissa Abaté, le commissaire générale de la semaine mondiale de entrepreneuriat Tchad 2018. C’est à dans le cadre de la semaine mondiale de entrepreneuriat organisée du 12 au 18 Novembre 2018 à N’Djamena.

Nous vous proposons ici le transcrit de l’entretien.

Mahamat Ai Mouta : Que veut dire semaine mondiale de l‘entreprenariat ?

Idrissa Abaté : La semaine mondiale de l‘entreprenariat est un événement mondial qui est célébré dans beaucoup de pays à travers le monde. Elle est célébrée notamment en novembre  dans 170 pays dans  le monde.  L’objectif est de mettre en avant l’entreprenariat et l’écosystème entrepreneurial. Le thème retenu cette année est : « l‘entreprenariat pour la transformation socio-économique durable. »

Elle s’est déroulée du 12 au 18 novembre 2018 au palais du 15 janvier. Et c’est la deuxième édition pour l’année 2018.

Mahamat Ali Mouta : Comment s’est passé l’édition précédente ?

Idrissa Abaté : Dans l’ensemble elle s’est bien déroulée. Nous l’avons organisée ici même au palais du 15 Janvier. Elle s’est tenue du 13 au 17 Novembre 2017. C’était la première  édition. Mais comme tout projet, le début est difficile. Nous avions eu à organiser trois grands évènements dont le festival agro-business, le forum investir au Tchad et le forum  star tup  week-end. L’évaluation que nous faite était très bonne. Au sortir de cette semaine il y avait eu des recommandations.  Nous avons transmises ces recommandations au ministère de l’agriculture et au gouvernement.  Le suivi que nous avons également fait est bon.

Mahamat Ali Mouta : Combien de participants ont pris part à cette rencontre  pour l’année 2018?

Idrissa Abaté : Déjà l’année passée on a pu mobiliser  plus de 3 milles personnes.  Cette année, nous avons réussi a remplir la grande salle du palais du 15 janvier. Cette salle prend 1500 personnes. Notre  avons souhaité  mobiliser plus de 600 personnes parce que pour cette année comparativement à l’année passée, le nombre est multiplié par deux. Ce ne sont que trois activités qui étaient prévu l’année passée. Par contre cette année nous en avions initié sept. On estime toucher vraiment le plus grand nombre de personnes surtout les jeunes tchadiens.

Mahamat Ali Mouta : Qu’est-ce ce que vous avez prévu  comme activités au cours cette semaine mondiale de l’entreprenariat ?

Idrissa Abaté : La semaine mondiale de l’entreprenariat est structurée. C’est une panoplie de plusieurs activités qui ont été réalisées à savoir des compétions, des ateliers et  des formations. La compétition par exemple du startup weekend qui a réuni les jeunes porteurs de projet qui sont venus competir  a pris une semaine. A l’issu de la compétition les trois meilleurs projets ont été primés et accompagnés.  Il y a également ce qu’on appelle les journées de l’entrepreneur.  Ces journées nous ont permis de réfléchir sur  les thématiques comme l’entreprenariat digital et l’entreprenariat des femmes. Nous nous sommes focalisés sur l’entreprenariat dans le domaine de la culture  et de la musique pour mettre en avant les opportunités et les richesses de ces secteurs entrepreneurials et encourager les jeunes à y investir. On a également ce qu’on appelle le festival agrobusiness qui est une activité visant à mettre en avant  toutes les potentialités agricoles tchadiens  à travers des foires, des conférences débats sur les opportunités et potentialités de l’agriculture tchadien. On a le forum sur l’investissement de l’agriculture qui vise à mettre en contact les jeunes porteurs de projets et les investisseurs dans le but de réfléchir et trouver de meilleurs moyens de financement. En fin nous avons  la nuit des entrepreneurs. C’est l’événement qui clôture la journée  mondiale de l’entreprenariat. Elle est parrainée par la première dame. C’est une soirée gala pendant laquelle, tous les entrepreneurs du Tchad se réunissent pour célébrer l’entreprenariat à travers la culture et la musique. L’objectif c’est  d’arriver à lever un fond afin d’appuyer les jeunes porteurs de projets.

Mahamat Ali Mouta : Comment faites-vous le suivi de ce projet après cette semaine ?

Idrissa Abaté :Il faut que vous sachiez d’abord que la semaine de l‘entreprenariat est composée de plusieurs commissions à  savoir la commution communication, la commution logistique  et la commution scientifique. C’est l’ensemble de ces commutions qui ont réfléchi sur la structuration de la semaine. Les projets qui ont été sélectionnés l’année passée ont été suivi et accompagné.

Il y a par exemple un projet qu’on appelle le futur agro chalenge,  c’est un projet réservé  uniquement au porteur de projets agricoles.  Nous accompagnons les gagnants pour qu’ils représentent le Tchad dans les compétitions internationales. Et c’est depuis trois ans que nous faisons cela. Donc ces gagnants sont accompagnés par la chambre de commerce qui met à leur disposition des structures d’accompagnements et des experts pour les accompagner.  Tous ces projets sont maintenant en bonne voie. Pour la plus part ce sont des projets qui fonctionnent déjà. Toutes fois, il faut rappeler qu’il il y a des projets qui n’ont pas survécu. Mais   nous avons l‘esprit tranquille car nous avons fait ce que nous pouvons.

Mahamat Ali Mouta : Quels sont les raisons qui ont empêchés que ces projets aboutissent.

Idrissa Abaté : Les raisons sont de plusieurs ordres. Sa peut-être les investissements. Les prix que gagnent les porteurs des projets n’est pas suffisant pour leur permettre de lancer un projet.  Il faut mobiliser assez de moyens pour lancer le projet. Il se peut que le projet n’ai  pas eu assez de fond. Il se peut que la gestion de ce fond n’ait pas été bien faite. Il peut y avoir également un problème de matières premières. Il est facile d’entreprendre dans le domaine agricole. Par contre dans le domaine du TIC, on ne dispose pas encore des structures adéquates et souvent ce n’est pas évident. Mais c’est un défi sur lequel on est en train de travailler avec nos partenaires et toutes les personnes désireuses de faire décoller l’éco-système entreprenariat au tchadien.

Mahamat Ali Mouta : Quel est le défi actuel de la jeunesse tchadienne pour l’entreprenariat ?

Idrissa Abaté : Les défis sont de plusieurs ordres. Sa dépend de quel côté on se place. L’entreprenariat tchadien comparé aux autres pays, est relativement vierge. Rien que dans le secteur agricole, on n’a pas moins de 139 millions d’hectares de terres cultivables. Sur ces 139 millions d’hectares de terres cultivables, les terres cultivés et utilisés ne dépassent pas 5 millions. Donc on a plus de 5 millions de terre qui peuvent être labouré. Et malgré ça on cri famine, sécheresse, pauvreté et manque d’emploi. Le plus grand problème c’est d’abord la prise de conscience. Les jeunes qui ont étudié par exemple refusent  le travail de la terre. Pourtant si les Etat Unis ce sont développer aujourd’hui, c’est grâce à l’agriculture. Ce n’est ni grâce au pétrole ni à la vente d’armes de guerre. Donc le défi c’est cette prise de conscience. Chaque jeune doit oser et dire qu’ils ne veulent pas dépendre des autres car la fonction publique ne peut pas prendre tout le monde. Combien de jeunes finissent chaque année à l’école ? Il est bien vrai que l’entreprenariat est risqué, le fait de prendre, d’essayer d’investir de l’argent et espérer que ça va marcher tout en sachant que ça peut échouer. Ce sont tous ces petits détails qui font que l’entreprenariat tchadien n’arrive pas à décoller. Maintenant moi je suis optimiste. On voit chaque jour naître des nouvelles structures. Cela fait la fierté de la jeunesse tchadienne. On a des marchés en ligne,  des boutiques qui sont là. Voilà c’est ça l’entreprenariat. Maintenant le plus grand défi c’est l’innovation.  Il faut innover en apportant une valeur ajouté dans ce qu’on fait.

Mahamat Ali Mouta : Beaucoup de jeunes disent avoir des difficultés à lancer leur premier projet faute de moyens ?

Idrissa Abaté : Ce défi est réel. Pour que quelqu’un investisse dans notre projet il faut que ce projet soit viable, réaliste et réalisable. On ne peut pas monter un projet de création de boulangerie et demander qu’on nous finance parce que tout le monde fait du paix. Il   faut vraiment mettre en avant une valeur ajoutée. Quelque chose de nouveau et démontrer que ce projet est vraiment porteur et rentable. Nous les jeunes ne dégageons pas la sérénité et la confiance. Dès qu’un jeune trouve un peu d’argents, c’est pour aller se marier et acheter une voiture.  La personne qui investit dans un projet à besoin d’être rassurée que cet argent qui sera investi ne sera pas perdue d’avance.

Mahamat Ali Mouta : Pourriez-vous nous dire le nombre  de jeunes qui sont en chômage ?

Idrissa Abaté : Je ne le sais pas avec exactitude. Mais je sais que dans la ville, il y a plus de 30% de jeunes qui sont au chômage. Et je sais aussi qu’actuellement à la fonction publique  plus de 40 milles dossiers sont en instance d’intégration. Dans la famille c’est un ou deux parents qui sont à la fonction publique avec une quinzaine  de personnes  à leurs charges. Ils n’ont pas d’autres sources de revenus. Même si ces fonctionnaires gagnes 1000 000 pour nourrir et prendre en charge ces 15 personnes  ne sera pas chose facile.

Mahamat Ali Mouta : Quel appel avez-vous pour la jeunesse tchadienne ?

Idrissa Abaté : Je suis jeune. Sa me parait très audacieux de lancer un appel ou donner un conseil aux jeunes. Mais tous ce que je peux leur dire aux jeunes comme moi c’est d’oser créer,  oser innover, et surtout se responsabiliser. Nous devons arrêter de culpabiliser les autres et nous remettre en question. Nous devons d’abord nous demander ce qu’on peut faire pour changer notre situation, celui de nos proches et celui de notre pays. Que chacun prenne son destin en main, sa responsabilité et s’implique de plein pied pour qu’on puisse ensemble bâtir ce pays.

Mahamat Ali Mouta : Idrissa Abaté

Idrissa Abaté : Merci Mahamat Ali Mouta

RépondreRépondre à tousTransférer